L’IMHEB à La Réunion : 4 jours pour découvrir la PTR et l’Hypnose Conversationnelle Stratégique

Classé dans : Conférences | 0

L’IMHEB à La Réunion : 4 jours pour découvrir la PTR et l’Hypnose Conversationnelle StratégiqueDepuis peu, une PTRiste s’est installée à La Réunion.

Devant l’intérêt que suscite déjà sa pratique, l’idée lui est venue d’inviter Gérald Brassine pour qu’il présente et initie lui-même les professionnels intéressés par la PTR et l’hypnose Conversationnelle Stratégique.

 

Qu’est-ce que l’hypnose conversationnelle stratégique – PTR ?

L’Institut Milton Erickson de Belgique (IMHEB) a été créé en 1984 par Gérald Brassine à son retour d’une année de formation à l’Ecole de Palo Alto avec P. Watzlawick, J. Weakland, R. Fisch etc.

Il a profité de nombreux apprentissages auprès de différents thérapeutes ericksoniens, tels que J. Zeig, N. Poncelet, W. O’Hanlon, E. Rossi, Lanktons, N. Cummings, etc.

Sa rencontre avec Mme Kay Thompson, amie et collaboratrice directe de M.H. Erickson pendant 30 ans, sera déterminante et le guidera dans ses choix et pratiques thérapeutiques futurs. Elle lui enseigna, généreusement et en privé, leurs manières, autant à elle qu’à Erickson, très spécifiques et actives de faire de l’hypnose…une hypnose réellement « Conversationnelle » permettant d’entendre les besoins du patient !

Une hypnose dans laquelle la conversation, c’est à dire un échange entre le thérapeute et son patient, est constante.

Comme K. Thompson le disait : « le thérapeute fait son travail et le patient, sous sa direction et en pleine conscience du fait qu’il est dans un état modifié de conscience, doit aussi faire le sien ».

Il apprend à contrôler son système nerveux autonome, ses émotions, sensations, et peut agir jusque sur ses maladies psychosomatiques les plus graves, grâce à une relation égalitaire où l’hypnose, concrètement démystifiée, ne lui est pas imposée par la suggestion, mais lui apparaît comme le fruit de l’usage de son imaginaire et de sa mémoire.

Pas d’hypnose faite à l’insu du patient, pas « d’hypnose sans hypnose ».

Thierry Melchior, mon ami et l’une des premières personnes à qui j’ai eu le plaisir de transmettre l’hypnose que j’avais apprise aux USA, a trouvé une belle formule pour décrire ce que l’on entendait encore partout à ce moment-là, et souvent encore aujourd’hui, par hypnose conversationnelle :

« Une hypnose sans déclaration officielle d’hypnose ».

Une hypnose faite à l’insu de quelqu’un qui, le plus souvent n’est pas en hypnose, ou qui si c’est le cas, ne s’en rend pas compte. Une hypnose rarement pratiquée par MHE, mais dont deux ou trois cas exceptionnels et contraignants ont marqué les esprits de ses héritiers (exemple du cas de « l’homme au plant de tomates »).

L’acceptation de « l’hypnose conversationnelle », de plus en plus répandue par l’IMHEB et ses élèves, depuis le début des années 2000, est tout le contraire d’un monologue où se glisseraient des métaphores énigmatiques ou un discours banal fait au patient dans lequel le thérapeute distillerait des suggestions cachées.

L’Hypnose Conversationnelle Stratégique utilisée en PTR est une hypnose faite à un patient qui est invité à parler, échanger, réagir et, au besoin, à s’opposer aux propositions qui lui sont faites. Les métaphores proposées sont limpides. Instruit et rassuré le patient est conscient d’être dans un état modifié de conscience qu’il a d’ailleurs été invité à construire. Il renseigne le thérapeute tout au long de son cheminement ! Ils collaborent.

Dans le traitement des traumas, cela s’avère particulièrement indispensable pour ne pas abandonner, par manque d’information, un patient « perdu » dans une éventuelle reviviscence.

 

La formation de Base à la PTR compte habituellement 12 journées. Elle sera présentée ici en deux jours pendant lesquels vous pourrez, entre autres, découvrir le concept de « Protections Dissociatives », véritable botte secrète de la PTR (voir détail de la formation). Vous pourrez aussi observer son utilisation lors d’une soirée (optionnelle) de démonstration, avec les patients des participants. Une troisième journée centrée sur la psychosomatique et les possibilités et effets étonnants de la PTR dans ce domaine vous est aussi proposée.

La PTR a été développée pour répondre aux besoins de patients victimes d’ESPT en grande détresse. Mais elle se décline avec bonheur pour le traitement et le confort de personnes présentant des souffrances « plus courantes » en consultation. Plus qu’un éventail d’outils, la PTR met en place un savoir-être qui permet l’expression thérapeutique d’un inconscient rassuré et joyeusement collaboratif.

 

Présentation synthétique de la PTR

Psychothérapie du Trauma Réassociative

ou Hypnose Conversationnelle Stratégique

 

Agenda

 

15 & 16 février 2020 : de 9h30 à 17h30

Présentation synthétique de la Psychothérapie du Trauma Réassociative (PTR) et de l’hypnose conversationnelle stratégique : une hypnose dans laquelle le patient parle et est invité à être actif durant toute la procédure.

Par Gérald Brassine et Sandra Depasse, formateurs principaux à l’IMHEB.

 

19 février 2020 : de 18 à 22h00.

DEMONSTRATIONS de traitement des psycho-traumas par Gérald Brassine et Sandra Depasse

Observation de séances menées en direct, par Sandra Depasse et/ou Gérald Brassine.

Les participants proposeront des patients, de préférence atteints d’un ESPT important.

 

29 février 2020 : de 9h30 à 17h30

Psychosomatique et PTR

Une journée, consacrée spécifiquement au traitement des maladies psychosomatiques, avec Gérald Brassine.

 

1er mars 2019 : de 9h30 à 17h30

Formation théorique complémentaire ou observation de cas, selon les besoins et souhaits des participants.

 

 

Programme détaillé

 

Premier W.E. : présentation de la PTR

Matinée du 15 février 2020

  • Les INDUCTIONS UTILISATIONNELLES

De type 1 : Utilisation des émotions / sensations agréables.

De type 2 : Utilisation des émotions / sensations douloureuses vécues par le patient.

Présentation et démonstration.

 

  • CREATION D’UNE RELATION EGALITAIRE EN HYPNOSE

Fondements pour favoriser le développement des Processus Autonomes Auto- Thérapeutiques PAAT véritable Graal de l’hypnose Ericksonienne.

Présentation et démonstration.

 

  • L’ENTRAINEMENT AUX PHENOMENES HYPNOTIQUES

(à la manière de MHE qui disait y entraîner systématiquement ses patients)

Offrir une protection afin de favoriser le retour des éléments refoulés.

Chacun de ces éléments est nécessaire, voir indispensable pour favoriser l’établissement d’une hypnose profonde (au sens ou MHE l’entendait), active et stable.

 

Après-midi du 15 février 2020

  • DESENSIBILISER LES TRAUMAS, ESPT et, plus généralement, LES EXPERIENCES DE VIE DIFFICILES
  • « CHANGER N’IMPORTE QUOI » ! (La femme aux cochons)
  • La DIRECTIVITE : une RESPONSABILITE de l’hypnothérapeute bienveillant et une NECESSITE pour insensibiliser les traumas et éviter le glissement de symptômes (par ex. psychosomatiques)
  • EXEMPLES PRATIQUES de nombreuses transformations symboliques, des plus petits éléments du trauma jusqu’aux changements de scénarios.
  • FAVORISER et UTILISER
 les émotions qui appartiennent au RETOUR du REFOULE, dissociés, amnésiés.

Exercices pratiques : Induction utilisationnelle et changer n’importe quoi

 

Matinée du 16 février 2020

  • UTILISATION PARADOXALE DES PROTECTIONS DISSOCIATIVES :

LES ANESTHESIANTS DU PSYCHOTHERAPEUTE !

UN DES SECRETS DE LA GRANDE EFFICACITE DE LA PTR.

Protections Dissociatives et symptômes dissociatifs.

Manifestations hypnotiques et utilisations de la résistance en thérapie :

    1. Les Phénomènes Hypnotiques Dissociatifs s’abattent sur la victime d’incidents traumatiques pour la protéger
    2. Par la suite, à bas bruit, les Phénomènes Hypnotiques se muent en symptômes dissociatifs intempestifs et incontrôlables. Ils s’intensifient lorsqu’un « rappel » interne ou externe du trauma se manifeste.
    3. A l’invitation du psychothérapeute, les phénomènes hypnotiques symptômes seront utilisés et intensifiés par le patient (utilisation de le résistance). Ils deviennent de ce fait « sous le contrôle » du patient.
    4. De même, leurs qualités dissociatives anesthésiantes seront utilisées pour retrouver et désensibiliser en douceur les souvenirs traumatiques.
    5. L’usage des Protections Dissociatives a aussi une vertu de « tête chercheuse » pour d’autres traumas / ESPT encore amnésiés, dissociés ou mutés en affections psychosomatiques.

 

Après-midi du 16 février 2020

  • DEMONSTRATION DE L’UTILISATION DES PROTECTIONS DISSOCIATIVES.
  • Travailler L’AMBIVALENCE avec l’approche dite des deux écrans.
  • Travailler un GRAND NOMBRE de souvenirs traumatiques, d’une vie de harcèlement, de dénigrements, etc.
  • Exercices pratiques et applications

 

 

Atelier du samedi 29 février : La PSYCHOSOMATIQUE 
et la PTR

  1. Les DOULEURS MNESIQUES : à différencier de la psychosomatique !
  2. L’expression psychosomatique simple et son utilisation constante en PTR
  3. Les affections psychosomatiques « LEGERES » …telles que ulcères, remontées acides, béances du cardia, hernies hiatales, colons irritables, maux de dos, de tête, zonas, etc.
  4. Les maladies psychosomatiques « LOURDES » … telles que fibromyalgies, polyarthrites, pudendopathies, anismes, etc.
  5. L’AFFECT BRIDGE de John Watkins, appliqué à la psychosomatique : LE PSYCHOSOMATIC BRIDGE
  6. Démonstrations avec participants ou patients.
  7. Exercices pratiques

 

 

Coût

Prix par journée de formation: 185 € TTC

Prix par soirée: 125 € TTC

 

Pour plus d’information, contactez

l’IMHEB, via le formulaire de contact

ou Carine Volvert : cvolvert@hotmail.com
0693 60 31 12 (La Réunion)

Partager cette page