Pourquoi et comment l’hypnothérapie PTR est-elle utilisée dans le traitement du psychotrauma ?

Classé dans : La PTR en évolution | 0

Travail de fin d’études de

Julien Lociuro

 

Bachelier Assistant en Psychologie orientation clinique

Marie-Haps

2016-2017

 

Titre complet :

Pourquoi et comment l’hypnothérapie PTR est-elle utilisée dans le traitement du psychotrauma ?

Illustrations par études de cas en milieu hospitalier

 
Télécharger le travail complet en pdf (132 pages)
 

TFE de Julien Lociuro : Pourquoi et comment l’hypnothérapie PTR est-elle utilisée dans le traitement du psychotrauma ?Résumé

Le psychotrauma se caractérise par une symptomatologie qui trouve son origine dans la dissociation, un mécanisme de défense automatique qui sert à protéger le sujet du trop d’excitation physiologique et émotionnelle éprouvée du fait de l’événement traumatisant. Des composantes du souvenir traumatique sont ainsi isolées du reste de la conscience de l’individu et continuent d’agir en arrière-plan, automatiquement, comme si la menace traumatique était toujours présente. Cela crée des symptômes dissociatifs ainsi qu’un déséquilibre chronique du système nerveux autonome, qui continue à réagir à la perception de la menace et provoque divers symptômes psychiques et somatiques.

Ce travail explique ces mécanismes en détail et aborde la PTR, une approche psychothérapeutique du trauma utilisant l’hypnose ericksonienne conversationnelle. Nous détaillons les objectifs, principes, précautions et techniques de cette approche qui découlent des caractéristiques spécifiques du trauma. Nous apportons des réponses quant aux raisons pour lesquelles l’hypnose est utile dans ce contexte. Ceci nous amènera à établir un rapprochement entre les caractéristiques de la transe hypnotique et la nature dissociative du trauma. Les spécificités de la PTR sont analysées, mettant en exergue l’intérêt de celles-ci.

Au travers d’études de cas, la partie pratique de ce travail illustre l’application sur le terrain de cette approche avec des personnes traumatisées et témoigne des changements symptomatologiques observés.

 

Introduction

L’hypnose aujourd’hui fascine. On en entend de plus en plus parler dans les médias, que ce soit de l’hypnose de spectacle, de rue, ou de l’hypnose médicale où l’on propose à des patients de se faire opérer sous hypnose.

Mais qu’en est-il de son utilisation dans un cadre psychothérapeutique ?

Elle fut utilisée avec succès dans le traitement des psychotraumas par le précurseur que fut Pierre Janet, collaborateur de Charcot à l’hôpital de La Salpêtrière. Selon lui, les symptômes du trauma seraient causés par la dissociation, un mécanisme de défense qui protège le sujet de l’excitation émotionnelle trop importante liée à un souvenir traumatique, en isolant celui-ci du reste de la conscience. Cette partie dissociée continue d’agir de manière automatique et hors conscience, provoquant divers symptômes, notamment les symptômes hystériques. Selon Janet, le souvenir traumatique est lié à un événement réellement vécu par le sujet. Le trauma pourrait être guéri en ramenant à la conscience le
souvenir traumatique refoulé grâce à l’hypnose et en proposant au sujet hypnotisé de vivre un scénario imaginaire alternatif lié à cet événement et dont l’issue est favorable.

Freud utilisa l’hypnose pendant tout un temps avant de l’abandonner au profit de la cure analytique, considérant que l’hypnose a comme principe premier la suggestion, à éviter. Il va par ailleurs considérer que le trauma psychique qui cause l’hystérie n’est pas lié à un événement réellement vécu par le sujet, comme le pense Janet, mais découle d’un fantasme de séduction.

Ainsi, l’influence de Freud fera que seront abandonnées les recherches de Janet sur les traumatismes psychiques découlant d’événements réellement vécus par le sujet et leur traitement par utilisation de l’hypnose.

L’hypnose clinique moderne, l’hypnose ericksonienne, s’est développée dans les années 1930-1970 avec les travaux de Milton Erickson, psychiatre américain. Erickson utilisa l’hypnose dans toute une série d’applications cliniques. Ses travaux ont notamment influencé le développement de la thérapie brève et de la pensée systémique de l’école de Palo Alto. Plus récemment, l’avènement des neurosciences a permis de montrer que l’état de transe hypnotique existe et correspond à un état du cerveau différent des états de veille et de sommeil.

L’intérêt pour les traumas liés à des événements réellement vécus est réapparu lors de la 1ère guerre mondiale, avec le retour de soldats en état de choc. C’est en 1980 qu’apparaît dans le DSM-III le syndrome de stress post-traumatique et c’est également pendant cette période que s’opère un regain d’intérêt pour les travaux de Janet sur les psychotraumas et l’hypnose par van der Kolk et van der Hart.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Comment définit-on le trauma et quelles en sont ses caractéristiques ? Qu’en est-il de la psychothérapie du trauma ? Quelle est la place de l’hypnose au sein de celle-ci ? Plus spécifiquement, qu’en est-il de la PTR, une approche spécifique de la thérapie des traumas utilisant l’hypnose, développée par Gérald Brassine, psychothérapeute belge, fondateur de l’Institut Milton Hyland Erickson de Belgique ?

C’est ce que nous proposons d’éclaircir au travers de ce travail de fin d’études.

Celui-ci est composé d’une partie théorique et d’une partie pratique.

La partie théorique constitue la première partie de ce travail.

Le premier chapitre aborde le psychotrauma. Plus spécifiquement, il présente un historique des recherches sur le trauma, ses définitions actuelles, la manière dont il se contracte, les types de traumas et la symptomatologie associée.

Ensuite, le second chapitre développe le concept fondamental de dissociation traumatique. Y sont décrites les théories concernant celle-ci ainsi que la symptomatologie traumatique d’ordre dissociatif.

Le troisième chapitre explique le trauma du point de vue de la neuro-psychophysiologie. Plus particulièrement, il traite du fonctionnement du système nerveux autonome, du cerveau limbique et de la mémoire, en lien avec le trauma.

Par la suite, le quatrième chapitre aborde la psychothérapie du trauma chez l’adulte. De manière plus précise, il détaille les objectifs, principes, précautions et techniques principaux de travail avec les personnes traumatisées et qui découlent des caractéristiques du trauma.

Les chapitres cinq et six ont pour objet l’hypnose dans la thérapie des traumas.

Le cinquième chapitre présente les concepts de base de l’hypnose et les caractéristiques de la transe hypnotique.

Le sixième chapitre, quant à lui, établit dans un premier temps un rapprochement entre les caractéristiques de la transe hypnotique et la symptomatologie traumatique. Ceci permet d’expliquer dans un second temps en quoi l’utilisation de l’état de transe hypnotique est utile dans la thérapie des traumas. Ce chapitre présente ensuite plus spécifiquement l’approche PTR de thérapie des traumas. Enfin, les spécificités de la PTR sont décrites en mettant en exergue l’intérêt de celles-ci.

Cette partie théorique se clôture par une synthèse de ce qui a été développé.

La partie pratique illustre l’application sur le terrain de l’approche PTR avec des personnes traumatisées, au travers de la présentation de deux études de cas.

Le chapitre sept est une introduction à la partie pratique. Elle présente le choix de la méthodologie ainsi que le cadre du travail pratique, réalisé dans un hôpital général urbain.

Le huitième chapitre présente les études de cas.

Enfin, le travail se clôture par une conclusion générale. Celle-ci synthétise l’ensemble du travail, en présente les limites et propose certaines réflexions et questions émergentes amenant à des possibilités de développement et recherches futurs.

 

Julien Lociuro

 

Télécharger le travail complet en pdf (132 pages)

Partager cette page